Plus rien que les vagues et le vent

Tout ça, je me dis parfois, c’est la faute de l’océan. C’était à force qu’ils l’entendent, Colter, Shannon et Harry Dean, à force du fracas des vagues, de la colère que c’est. Ces trois-là, je les avais rencontrés le jour de mon arrivée ici, à Cannon Beach, dans cette petite ville du bout de l’Amérique, et presque chaque soir on se retrouvait au bar de Moses. Je les écoutais me raconter leur vie, et ça me liait à eux, d’une certaine façon. Je croyais que ça me liait à eux. Je me le faisais croire. Parce qu’au fond de moi, peut-être bien que je savais ce qui allait arriver. Mais est-ce qu’on sait ?