Le Pull-over de Buchenwald

J'avais 14 ans dans les camps de la mort

Le Pull-over de Buchenwald

« Je suis un miraculé. J’aurais dû être déporté à Auschwitz et gazé comme la quasi-totalité des 76 000 juifs de France arrêtés. Mais j’ai été interné à Buchenwald. J’aurais pu, à Buchenwald, mourir d’épuisement dans la sinistre carrière où les déportés devaient extraire des pierres sous les coups des surveillants SS. Mais je n’y ai presque jamais travaillé. J’aurais pu être battu ou même tué parce que j’avais, un jour, donné un coup de pied à un Stubendienst. Mais il ne m’est rien arrivé. J’aurais pu succomber aux graves infections que j’ai contractées. Mais ma constitution physique m’a permis de m’en sortir. J’aurais dû, pendant l’évacuation forcée vers Buchenwald pour fuir les Américains, traînard épuisé au bord de la route, recevoir une balle de SS dans la nuque. Mais cette balle, je ne l’ai pas reçue. J’aurais dû, à l’issue de cette évacuation, arriver à Buchenwald et repartir vers l’Est dans une « marche de la mort ». Mais, inexplicablement, j’y suis arrivé trop tard et juste à temps pour me faire libérer. En 1945, après mon retour, j’ai voulu effacer de ma mémoire le souvenir de ma déportation. Mais n’était-ce pas injuste vis-à-vis des hommes qui étaient à mes côtés, notamment mon père, un homme d’un courage et d’un optimisme extraordinaires, qui n’a cessé de me protéger jusqu’à sa mort ? » D’une admirable simplicité, ce récit est le bouleversant témoignage d’un adolescent déporté dans les camps de la mort pour la seule raison qu’il était juif. Le lecteur n’en sortira pas indemne.