Une place pour le père

Que se passe-t-il du côté des mères et des enfants ? Que se passe-t-il, dans une société qui n'a pas lésiné sur les mesures destinées à leur protection conjointe, allant jusqu'à créer une institution spécifique qui ne masque pas ses ambitions : la Protection maternelle et infantile ? Est-ce la fin des difficultés ?Chacun le souhaite. Mais il n'en est rien ! Du moins si l'on croit ce qui se passe dans les cabinets médicaux : les mères de mille façons, ne cessent de dire leur désarroi, et les enfants d'exprimer une souffrance aux manifestations multiformes, défiant les exploits d'une technologie qui devient tous les jours, pourtant, un peu plus surdouée. Pourquoi ce malaise croissant ?Serait-ce que la jonction mère-enfant est encore insuffisante ?Non, bien au contraire ! Car elle apparaît, précisément, au travers de l'observation clinique directe, comme dangereuse et destructrice quand, profitant de tout ce qui la favorise, elle tombe dans l'excès – ce dont témoignent les récits nombreux et émouvants qui émaillent cet ouvrage. Parce qu'elle s'accompagne, alors, d'une carence. Celle de la fonction paternelle nécessaire à chaque enfant et à sa mère au point de paraître, en la situation, leur être due. Une carence qui, si elle n'est pas réparée, impose à la génération suivante le soin de pallier ses effets. Ce qui ne sera pas pour elle une mince affaire. Car la prorogation de cette forme de dette qui se constitue de la sorte, d'une génération à la suivante, ne peut qu'augmenter les difficultés de son règlement.Comment cela peut-il se produire, peut-il s'être produit ? Ce ne sont pas des réponses qui se trouvent fournies dans ce livre de pédiatre, bouleversant et généreux, mais une reformulation essentielle de nouvelles questions dont chacun pourra faire son propre usage.