Une histoire amusée des promesses électorales

Une histoire amusée des promesses électorales

Se baigner dans la Seine, réduire la fracture sociale, combattre la finance : que n’a-t?on promis aux Français ? Certes, « les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent », selon une cynique maxime qui a gravement discrédité la politique. Pourtant, imagine-t?on un candidat qui annoncerait que la situation actuelle le satisfait, que le pays ne va pas si mal et qu’il s’engage à ne rien changer ? Même les plus conservateurs emploient volontiers le langage de la réforme ou de la révolution, s’efforçant de susciter l’adhésion en soulevant de folles espérances. Mais l’électeur est-il dupe ?
Depuis l’institution du suffrage universel en 1848, des milliers de tracts et de professions de foi ont été diffusés par les candidats eux-mêmes. En les réunissant, Bruno Fuligni nous entraîne, entre utopie et démagogie, à la découverte des rêves et espoirs des Français.