Algérie : la nation entravée

11/12/1960, 5/10/1988, 22/02/2019. Trois manifestations drainant toute une population dans les rues ; des observateurs médusés par l’unité d’un peuple que l’on disait résigné. Le procédé est le même, une réappropriation de l’espace public par la population. Les revendications, voisines : l’affranchissement, la liberté, la vie. L’adversaire, immuable : l’ordre colonial, qu’il soit le fait d’une puissance étrangère ou celui d’une caste locale. Ces dynamiques successives d’union et de fragmentation ont jalonné l’histoire de l’Algérie et ont façonné ce pays. Ce sont ces permanences qu'analyse l'auteur, depuis les débuts de la résistance populaire contre les forces ottomanes puis françaises jusqu’aux récents prémices qui ont donné naissance au hirak – le mouvement populaire – de 2019.

Originaire de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, né dans le sud de la France en 1973, Mohamed Sadoun est actuellement haut-fonctionnaire et magistrat après une première carrière dans l'enseignement. Il s'intéresse aux questions de justice et à l'histoire du bassin méditerranéen et plus particulièrement de l'Algérie. Des confréries soufies à l'Islam de France est paru chez Hermann en 2016. Il collabore également à la revue Folle Histoire et à Jeune Afrique.