Le triomphe de l'échec

Comment Wall Street et la Silicon Valley profitent des pannes et des crises pour maîtriser nos vies

Le triomphe de l'échec

Le dernier modèle du capitalisme est surprenant : il repose sur ce qui ne marche pas. La panne, la crise, la dette sont devenues les moteurs de l’économie mondiale. Plus nous sommes trahis par la finance et les défaillances des produits technologiques, plus la « machine à promettre » du capitalisme nous persuade que la réussite est au bout du chemin, et plus nous en redemandons. Pourquoi oublions-nous si vite les échecs répétés ? De l’obsolescence programmée et de la précarité délibérée des technologies numériques à la crise financière mondiale, quelle est cette société qui ne veut plus entendre parler d’entretien ou de réparation, où plus rien n’est fiable ni durable ? Nous croyons être plus libres, plus heureux ; en réalité, notre univers s’est rétréci. Il est celui du lien social brisé, de la solitude infinie, de la culpabilité et de l’animosité. Il est urgent de réagir.