Image de couverture (Dernier été)

Ce livre est certes un roman avec une histoire, des personnages, mais c’est aussi un conte philosophique qui dénonce avec humour et férocité l’évolution de notre société. L’action se déroule dans une dizaine d’années, par un été de canicule, et commence à Marseille, au Cercle des Nageurs, avec la rencontre entre Diane, la narratrice, et Antoine Bradsock, le héros d’un « Très Grand amour », un écrivain octogénaire, atteint d’un cancer très grave, qui rêve de finir en « beauté ».Au fil de cet amour qui va durer trente-trois jours, le lecteur découvre un monde martyrisé par un soleil pesant, l’action de sectes de toutes sortes, des réglementations qui limitent toujours plus la liberté d’expression, pendant que, dans les rues, les esprits s’échauffent et les manifestations se multiplient. S’il y a une morale dans ce livre, c’est celle de la citation de Boileau qui se trouve en exergue : « Il faut rire avant d’être heureux, de peur de mourir avant d’avoir ri ».