Banlieue triste

Par 20 septembre 2016 à 15:38

Le petit théâtre de la rue de Jerome Charyn est fascinant. Les personnages y sont grandiloquents ou fantomatiques, caïds ou miséreux, et ont tous en commun un même décor : le Bronx, décor urbain qui change au rythme des travaux politiques, sans échapper pour autant à une irrémédiable décrépitude. Les riches d’hier sont toujours là, les pauvres aussi, et ils se côtoient tous au sein de nouvelles au style incomparable.