Comment un homme vertueux se retrouve-t-il en prison ?

Par 29 octobre 2019 à 12:09

« Cette femme était exceptionnelle, elle aimait, réfléchissait, analysait, comprenait ce monde au premier regard et je crois que durant toutes ces années de vie commune, je ne la vis jamais atteindre son seuil d’incompétence. »

La question centrale de ce nouveau roman de Jean-Paul Dubois est : comment Paul Hansen (on ne compte plus les héros de Dubois prénommés Paul…), toulousain fils d’un pasteur danois et d’une cinéphile trop libre pour son mari, a pu se retrouver, bien des années après, à purger une peine de deux ans à la prison de Montréal ? Petit à petit, avec ce talent qu’on lui connait à faire feu de tout bois, l’auteur construit un récit à la fois très observateur, très construit et totalement romanesque. En moins de 300 pages, c’est tout le monde sensible de Paul Hansen qui nous est rapporté : Winona, sa compagne aviatrice ; l’Excelsior, immeuble-monde dont il s’occupe avec une attention presque paternelle qui sied au véritable professionnalisme ; ou encore Horton son compagnon de cellule, Hell’s Angels, meurtrier et attachant.

Au bout du compte "Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon" enfile les habits de son magnifique titre à la perfection. Voici un roman emporté sur l’injustice, apaisé sur l’amour et la beauté, et visionnaire dans le sens où Jean-Paul Dubois a une vision du monde à travers son personnage principal qui nous touche avec une évidence rare que nous ne lui avions pas connue depuis Le cas Sneijder ou L’Amérique m’inquiète, son « Grand œuvre ».