Apocalypse nucléaire et métro moscovite

Par 2 avril 2020 à 17:53

"Mais qu’est-ce qu’un ciel étoilé pour un enfant qui n’est même pas capable d’imaginer qu’il peut exister un monde sans plafond ? Lorsque le regard levé ne vient pas buter sur des dalles de béton et des entrelacs moisissants de câbles et de tuyaux, mais se perd dans un abîme qui s’est soudain ouvert au-dessus de la tête. Quelle sensation ! Et les étoiles ! Est-ce qu’un être humain qui n’a jamais vu d’étoiles peut imaginer l’infini ? "

Jamais un roman de science-fiction n’a paru aussi immersif. L’ambiance est sombre, sale et étouffante. Tout au long de la lecture, la sensation d’être coincé sous terre est prégnante. La menace semble permanente et la succession de couloirs, de rails, de stations, ne semble jamais se finir. Les personnages, aux valeurs assez floues, oscillent toujours entre le bien et le mal.

Mention spéciale aux voyages, très réalistes, au sein du métro moscovite. L’univers de Métro dans son ensemble (vie souterraine, système politique...) est très riche ce qui rend la lecture passionnante.

Une dystopie post apocalyptique à lire absolument !