Grandir... mais pas trop vite

Par 15 mai 2020 à 15:48

"Quand j'y pense, qu'est-ce que je sais faire, à part changer Juliette, faire la vaisselle, éplucher des patates, courir vite et grimper aux arbres ? Ça promet. Tu parles d'un avenir. Je sais rêver et observer, c'est sûr, mais personne n'est jamais épaté par quelqu'un qui sait rêver et observer. Personne ne dit : “Oh, regardez comme cette fille sait admirer les oiseaux, les gens et les insectes ! Regardez comme elle imagine des trucs dans sa tête!” Tu parles, en général, que ce soit la maîtresse ou les parents, ça se termine toujours par : “ Arrête de rêvasser !”"

C'est le départ pour 15 jours de vacances, en famille, moment idéal pour faire un break, comme disent les parents d'Eugénie. Mais à 10 ans, cette dernière est angoissée par le long trajet en voiture pour rejoindre la location d'été. Elle s'invente alors des scénarios d'accidents mortels...surtout pour sa grande sœur, Adèle, dont elle se sent abandonnée et surtout remplacée par la meilleure copine, qui les accompagne pour la première fois cette année.

Arrivée dans le village de St-Chinian, la famille prend ses marques et s'installe dans les rituels estivaux : les sorties payantes à négocier, les parties de pétanque avec les ancien.nes du village, la grenadine et le petit verre de rosé pour Papa, en terrasse avec Juliette la petite dernière, la fanfare qui ouvre le défilé et les feux d'artifice du 14 juillet...

Mais cet été-là, rien ne se passe comme d'habitude pour Eugénie : des sensations étranges parcourent son corps, sa tête, son cœur. Et quand elle reste hypnotisée par le jeune tambour de la fanfare, elle s'inquiète autant qu'elle se réjouit de ce qu'elle ressent.

La fin de la soirée lui réservera bien d'autres surprises agréables et Eugénie ne va plus cesser de s'interroger. A qui se confier ? Faut-il le faire et laisser à d'autres, une porte d'entrée dans les jolis souvenirs qu'elle se construit ? Eugénie ne veut pas devenir aussi "monstrueuse" que sa sœur mais sa famille, toujours aimante et attentive, saura l'accompagner dans ce passage de l'enfance vers l'adolescence, en forme de montagnes russes émotionnelles. "D'accord pour grandir... mais à ma vitesse", semble nous avouer la presque-adolescente .

Un roman de passage, éclairé par de chaleureux portraits et une chronique sociétale sensible, à déguster en famille.