De chair et d'os

Par 2 juin 2020 à 16:25

"Elle avait atteint cette forme d'accomplissement à laquelle elle n'aurait jamais osé prétendre : elle était heureuse. Tout rentrait dans l'ordre. Émilienne, Alexandre, le Paradis."

Cécile Coulon est une jeune auteure connue par le grand public depuis la publication de son deuxième roman "Le Roi n'a pas sommeil". Avec "Une bête au paradis" son septième, l'écriture de l'auteure évolue et se densifie, charnelle parfois sexuelle, elle se teinte d'une noirceur nouvelle. L'histoire nous transporte à une époque aux contours flous, s'étirant au rythme des saisons et des tâches paysannes dont nous sommes les témoins et au creux d'un quotidien apaisé mais n'échappant pas à une violence sourde et féroce. Le destin de Blanche, jeune femme orpheline de père et de mère, et de sa grand mère Émilienne, sont bouleversants.

Tout dans ce récit est suggestion, non dits, silences et respirations : il y a de la poésie dans cette boue. Les personnages : Blanche délicate et forte, Émilienne tenant les rennes du "Paradis" dans une main de fer, Gabriel le frère taciturne ébranlé par la disparition de ses parents, Louis le garçon de ferme victime de violences parentales ou encore Alexandre, jeune homme dont le charisme est une arme, atteignent sous la plume de Cécile Coulon une dimension de chair et de sang. Tour à tour ravi et attristé le lecteur chemine avec eux.

Un roman noir puissant, dans la veine de "Né d'aucune femme" de Franck Bouysse.